Mardi, février 6, 2007

Au moment où le spectre de la guerre civile menace de nouveau le Liban, Initiatives et Changement accueillait à Paris cinq personnalités libanaises de communautés traditionnellement opposées.

Au moment où le spectre de la guerre civile menace de nouveau le Liban, alors que se déroulait à Paris la troisième conférence pour la reconstruction économique de ce pays, Initiatives et Changement accueillait du 12 au 21 janvier derniers cinq personnalités libanaises de communautés traditionnellement opposées.

Marie Chaftari - Lina Charafedinne

Marie Chaftari - Lina Charafedinne

Il s’agissait de Assaad Chaftari, ancien numéro deux des services secrets de la principale milice chrétienne durant la guerre civile, de sa femme Marie et de Lina Charafeddine, musulmane chiite, qui ont lancé ensemble un mouvement féminin appelé Linaltaki ("Rencontrons-nous"), de Mohieddine Chehab, musulman sunnite et ancien chef d'une milice musulmane, et de Ramez Salame, un avocat de Beyrouth, initiateur d'Initiatives et Changement au Liban.

« De Beyrouth à nos cités, l’impératif du dialogue », lisait-on sur l’invitation à diverses occasions publiques organisées dans le cadre du programme « Initiative Dialogue », qui travaille à l’amélioration des relations intercommunautaires en France.

Délégation libanaise au Parlement européen í  Strasbourg accompagnée de deux députés

Délégation libanaise au Parlement européen í  Strasbourg accompagnée de deux députés

A Strasbourg, où le groupe libanais a rencontré plusieurs parlementaires européens.

Mme Annelise Oeschger, présidente de la Conférence des OING du Conseil de l’Europe, a parlé de « renversement de situation » : c’est d’un pays oriental en profonde crise que nous est adressé à nous Européens, a-t-elle dit, le plus authentique et puissant message de vie. Le président du Conseil régional d'Alsace, Adrien Zeller, a pour sa part souligné sous forme de défi que le changement viendra plus du comportement de chaque citoyen que du politique.

Ramez Salamé intervenant lors de la conférence í  Sciences Po Paris

Ramez Salamé intervenant lors de la conférence í  Sciences Po Paris

Après une intervention à l’Institut d'Etudes Politiques de Paris, le groupe a pu livrer son témoignage à l’occasion d’une manifestation publique à Versailles.

« Je vis un rêve, a dit après les avoir entendus le député-maire de la ville, Etienne Pinte, qui est aussi président des amitiés parlementaires France-Liban. Jamais je n’ai entendu pareils propos. Ils rallument en moi une petite flamme d’espoir pour l’avenir du Liban. »

Trois des membres de la délégation libanaise, accompagnés du professeur Christian Lochon (au centre) et Alain Tate

Trois des membres de la délégation libanaise, accompagnés du professeur Christian Lochon (au centre) et Alain Tate

Les Libanais ont été accueillis à la Grande Mosquée de Paris, à l’Institut européen des sciences islamiques et à l’Institut Formation Avenir de La Courneuve où ils ont profondément marqué les esprits.

Leur rencontre avec des Libanais de la diaspora a été chaque fois ponctué de moments bouleversants. « Cette visite m’a ouvert les yeux, a dit Raoudha, une participante tunisienne au programme Initiative Dialogue. J’ai rencontré des personnes transformées. Oui on peut changer. Il faut croire en l’homme. Oui chacun est responsable. »

Mohamed Sahnoun, président de l’Association internationale d’I&C, était venu de Genève rencontrer la délégation libanaise à l’occasion d’un déjeuner au siège de l’association française à Issy-les-Moulineaux.

Nathalie Chavanne