GENESE

Ce programme est né en 2000 à partir d’initiatives et de contacts individuels noués par les deux chefs de projet congolais, Michel Kipoke et Thomas Ntambu. Ils se sont inspirés de certaines initiatives menées en Afrique par le passé par les équipes de l'association, notamment au Zimbabwe.

Michel Kipoke est malheureusement décédé brutalement d’un cancer foudroyant en juin 2007.Lire l'hommage qui lui a été rendu dans la revue Changer n°317.

Thomas Ntambu est directeur de programme. Lire son témoignage en 2002 sur son parcours personnel.

C’est la force du programme d’avoir été conçu et mis en œuvre par des Africains dotés d’une bonne connaissance des réalités du terrain, mais aussi d’une perspicacité sur les ressorts profonds de la nature humaine et d’une grande capacité d’accueil et d’écoute sans jugements. Quand l’action s’est développée au Burundi, Bonaventure Nkeshimana, ancien député et maire de Kamengue, un quartier de Bujumbura, a rejoint l’équipe de pilotage. Il est malheureusement décédé le 20 août 2011 des suites d’un blocage rénal provoqué par une crise aigüe de paludisme.

UNE APPROCHE REGIONALE

Dès le départ, ils ont cherché à identifier et à atteindre les personnalités clés des trois pays, Burundi, RD Congo et Rwanda avec la perspective de les réunir autour d’une même table et de créer entre elles des rapports de confiance.

La toute première rencontre a réuni des représentants de la diaspora issus des trois pays.  Mais très rapidement, ce sont des personnes venues du terrain qui ont pris part aux rencontres organisées en Suisse dans le cadre du programme « Agenda pour la Réconciliation », avec une montée en puissance des personnalités influentes dans chaque pays.

Au Congo, un réseau existe tant à Kinshasa que dans l’est du pays, menant des actions ponctuelles selon les circonstances. Elle doit encore se constituer en association. Initiatives et Changemen t (alors Réarmement moral) a été présent en 1960 au Congo alors que le pays accédait à l’indépendance. En savoir plus...

Au Rwanda, l’équipe locale n’envisage pas pour l’instant la création d’une association officielle.

FAIRE AVANCER LA PAIX AU BURUNDI

En 2003, à la demande de Burundais, l’action s’est recentrée sur le Burundi en raison d’un certain sentiment d’urgence mais aussi dans l’idée que la paix restaurée et consolidée dans ce pays aurait un impact sur l’ensemble de la région. Les progrès vers la paix sont aujourd’hui reconnus par la communauté internationale et l’équipe d’Initiatives et Changement travaille actuellement à sa consolidation.

En 2005, une association locale a été créée. Aujourd’hui sous le nom d’Initiatives et changement – Burundi, elle poursuit l’action engagée pour consolider la paix, le point de mire étant actuellement la bonne tenue des élections de 2015.

POUR UNE APPROCHE REGIONALE DE LA RESOLUTION DES CONFLITS

Une série de dialogues informels régionaux ont rassemblé de 2000 à 2002, à Caux en Suisse, des représentants des gouvernements, des mouvements de l’opposition, des rébellions armées et de la société civile des trois pays Burundi, République Démocratique du Congo et Rwanda.

  • En août 2001, une première table ronde pose les bases du travail de réconciliation qui va prendre de l’ampleur au cours des années suivantes. En savoir plus...

  • En août 2002, montée en puissance des participants avec des acteurs de terrain influents. En savoir plus... Le Cardinal Etsou, archevêque de Kinshasa, participe à la Table ronde et apporte son plein soutien.

  • En août 2003, un temps d’approfondissement pour devenir artisans de paix. En savoir plus...

  • Le 9 août 2003, organisation d’une journée de la diaspora des Grands Lacs Africains à Caux, centre de rencontres internationales d'Initiatives et Changement en Suisse, pour réfléchir à son rôle dans la région.

  • De l'été 2004 à juin 2005, accompagnement des délégués à la Conférence pour la paix dans la région des Grands Lacs organisée par l'ONU et l’Union Africaine. Plusieurs missions sur place. En savoir plus

  • 2004 à 2006, formations de journalistes de la région pour offrir une perspective régionale, diffuser une information qui tienne compte des sensibilités de toutes les parties et des pays voisins afin d'éviter la surenchère et les diabolisations qui enveniment les conflits. En savoir plus

 

DEPUIS 2003, UNE ACTION FOCALISEE SUR LA PAIX AU BURUNDI

Au cours de l’été 2002, les Burundais présents à Caux demandent à ce qu’une rencontre rassemblant tous les protagonistes du conflit burundais soit organisée par Initiative et Changement. C’est ainsi que l’action va se concentrer au cours des années suivantes et jusqu’à ce jour sur le Burundi.

  • 1ère table ronde en mars 2003 dans le centre d'I&C à Caux, en Suisse. Elle réunit les membres du gouvernement, du parlement, de l’armée, la délégation du CNDD-FDD (de P. Nkurunziza) et celle du Palipehutu-FNL (d’Agaton Rwasa). C’est la 1ère fois que ce dernier parti participe à des pourparlers inter-burundais. La communauté internationale a salué l’initiative qualifiée de « miracle de Caux » par Aldo Ajello, l’envoyé spécial de l’Union Européenne pour les Grands Lacs. Le CNDD-FDD intègre le processus institutionnel dans les mois qui suivent. En savoir plus...

  • Mission organisée en mai 2003 à Bujumbura pour accompagner la transition politique (un président hutu remplace un président tutsi en application des accords d’Arusha).

  • 2ème table ronde en juin 2003 à Caux en Suisse : elle réunit les délégués du gouvernement, de l’armée et du Palipehutu-FNL. Les combats reprennent peu après. Le chemin de la paix sera encore long. I&C poursuit son travail d’accompagnement. En savoir plus

  • En avril 2004, présence d’I&C au congrès du Palipehutu-FNL à Kigoma dans l’Est de la Tanzanie.

  • Du 14 mai au 5 juin 2005, mission à Dar Es-Salaam (Tanzanie) et à Bujumbura (Burundi). L’un des objectifs est d'organiser des séminaires à l'intention des dirigeants des partis politiques et de mouvements armés à l'issue des élections. Le défi qui se pose alors au Burundi est en effet celui de la cohabitation entre les trois principaux partis, CNDD-FDD, Frodebu et Palipehutu-FNL.

  • Mai à septembre 2006, accompagnement des négociations officielles entre le gouvernement et le Palipehutu-FNL par de nombreuses missions sur le terrain, notamment lors des pourparlers politiques de Dar Es Salaam qui ont abouti à un cessez le feu le 7 septembre 2006. En savoir plus

  • Table ronde en avril 2007 qui a réuni 33 dirigeants burundais à Caux, en Suisse, pour renouer les fils du dialogue entre les différentes composantes politiques. En savoir plus

  • Une association locale est créée sous le nom d’ABRAM (Association Burundaise du Réarmement moral). Elle a pris le nom de « Initiatives et Changement – Burundi Tugenderubuntu » en juin 2011. Elle est financée par le Département suisse des Affaires étrangères (DFAE).

  • Soutien aux partenaires locaux sur divers projets, dont l’accompagnement des anciens combattants, la préparation des élections, l’accompagnement des acteurs de la transition.

  • En 2008, poursuite de l’accompagnement des dirigeants burundais pour consolider la paix. Ceci inclut le suivi du processus d’intégration du Palipehutu-FNL dans les institutions. La contribution d’I&C dans le retour du FNL à Bujumbura est reconnue par les acteurs locaux et internationaux du processus de pays au Burundi. Une base permanente est établie à Bujumbura. Des séminaires de formation à l’éthique sont organisés.

  • 2008–2010 : Campagne pour des élections sans violence. Rédaction d’une charte électorale utilisée par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) chargée d’organiser et de contrôler les élections. I&C est régulièrement consulté par toutes les parties prenantes du processus.

QUELQUES ACTIONS SPECIFIQUES EN RDC
  • Accompagnement des négociations inter congolaises à Addis-Abeba en 2001, à Sun City en 2002.

  • Accompagnement des acteurs de la transition par l’équipe locale et organisation d’une table ronde des acteurs politiques et de la société civile à Kinshasa en mars 2003.

  • Mission à Kinshasa en juin 2005 pour accompagner les acteurs du processus de paix au moment où s'achève la période de transition.

  • Mission à Kinshasa et dans l’Est du pays en octobre 2006 pour accompagner des dirigeants durant la période électorale.

En savoir plus...

ET AU RWANDA
  • Des personnalités comme l’évêque anglican de Kigali, la secrétaire générale de la Commission pour l’unité et la réconciliation et quelques membres de la société civile participent aux conférences d’été en Suisse.

  • Contacts avec des personnalités rwandaises dans le cadre de la Conférence régionale pour la paix initiée par les Nations Unies et l’Union Africaine.