Lundi, janvier 1, 2007
Formerly a Christian militia leader in Lebanon's civil war, Assaad Chaftari now works for reconciliation in his country.<br />
		                    http://iofc.org/sites/all/files/images/AssaadShaftari.jpg" />

« Je m’excuse pour la laideur de la guerre et pour ce que j’ai fait pendant la guerre civile et ce au nom du Liban, de la « Cause » ou du « Christianisme ».

« Je m’excuse de m’être considéré comme représentant unique ou protecteur de ces concepts. Je m’excuse de m’être considéré comme Dieu, pouvant à moi tout seul réorganiser les affaires de ma maison et de celle des autres. J’espère que mon attitude sera comprise non comme une faiblesse mais comme une attitude responsable.»

Assaad Shaftari, ancien responsable des services de sécurité de la Phalange chrétienne, s’exprime dans une lettre publiée dans le quotidien libanais, An Nahar, en 2000, dix ans après la fin de la guerre du Liban qui a été marquée par un déchaînement d’atrocités entre les factions rivales druzes, chrétiennes et musulmanes. En accomplissant ses premiers pas vers la paix, il ne manque pas de courage alors que le climat du pays est marqué par l’impunité accordée aux tortionnaires; le silence sur le passé et les crimes de guerre ; la souffrance des familles des 17 000 victimes.