Mercredi, novembre 6, 2019
Oui Act rentre en Classe : la Discrimination

 

Le but de Oui Act est de réconcilier la jeunesse avec la société. Au sein des collèges et lycées, à raison de 10 séances d'atelier, les jeunes peuvent exprimer leurs frustrations afin de dépasser les préjugés. Les jeunes sont encouragés à s'exprimer et à développer leur esprit critique pour mettre fin à la manipulation dont ils peuvent être les victimes. A la fin des 10 semaines ils monteront ensemble un projet citoyen. 

 

Lors de la séance 4 nous abordons le sujet de la discrimination. Travailler avec un groupe de jeunes extrêmement touchés par ce phénomène permet de leur faire comprendre les mécanismes de la discrimination, du racisme, de l'homophobie et de l'exclusion. Nous les aidons à réaliser que nous avons tous le droit d'être différents et d'être protégés contre toutes les formes de discrimination et que des solutions pratiques aux problèmes du quotidien existent. 

 

La séance commence avec une activité de photolangage : sur une table sont étalées des photos de personnes extrêmement différentes les unes des autres. Nous posons la question aux élèves : "imaginez vous êtes dans un train, à côté de qui ne voudriez-vous pas être assis ?". Les choix et les réponses varient d'un jeune à l'autre : "parce qu'il a l'air bizarre", "parce qu'elle est enceinte et qu'elle va me demander de me lever pour aller aux toilettes", "parce qu'elle a l'air d'une criminelle", "parce qu'il a l'air bavard". Plus rarement un élève ne choisit aucune photo car il n'y a personne à côté de qui il ne s'assirait pas. 

 

Cette activité permet d'introduire le concept de préjugé, de stéréotype et de discrimination. Nous expliquons que quelque chose d'aussi simple qu'un stéréotype peut avoir des conséquences catastrophiques. Pour illustrer nos propos nous utilisons l'exemple de l'Holocaust, qui a commencé avec le stéréotype "tous les juifs sont riches au dépend des autres" et qui a entraîné l'un des pires génocides dans l'Histoire contemporaine. 

 

Avec cette perspective générale en tête nous nous attaquons à des sujets plus personnels, comme : "est ce que vous avez subis des discriminations?", "est ce que vous même vous avez discriminé quelqu'un?" ou "est ce que vous avez été témoins de discrimination ?". Certains élèves adoptent une attitude très défensive, arguant que même s'ils avaient discriminé quelqu'un ils ne le diraient pas. Mais la plupart jouent le jeu et admettent avoir déjà discriminé une personne à cause de son orientation sexuelle, de son apparence ou d'autres raisons. Un jeune garçon a été victime d'un rituel de passage ayant dérapé et s'est fait battre par d'autres élèves. Nous avons décidé de prendre le temps de s'interesser à cette situation et avons découvert que même un jeu rituel a priori inoffensif pouvait être discriminant puisque d'autres élèves plus "dur à cuire" n'avaient pas été victimes de ces violences. 

 

Un des élèves a fait remarqué que lutter contre la discrimination était inutile puisque tout le monde le faisait et que cela pouvait engendrer une exclusion sociale de leur groupe. Cette remarque nous a permis de leur montrer que même une petite action peut amener de grands changements. Nous avons admis que ce n'était jamais facile et qu'il fallait énormément de courage pour se dresser contre la discrimination et faire changer les esprits. Nous leur avons dit que c'était ce que nous faisions tous ensemble, avec eux : les aider à trouver des moyens de changer les esprits et la société.

 

Retrouvez également cet article en anglais : https://www.iofc.org/trustbuilding-classroom-discrimination