Mercredi, mars 10, 2021

Naila, Trappes et les Mamans du Coeur

 

Suite à notre Assemblée Générale d’Initiatives et Changement, le 6 mars en ligne, et en contact avec le programme : Oui Act, Naila Gautier, fondatrice et présidente de l'association au joli nom de : Les Mamans du Cœur, à Trappes, nous a grandement inspirés et motivés. Dans son quartier, soutenus par des adultes, des jeunes en confiance dans un dialogue avec leurs familles, participent à la vie de quartier, montent des projets culturels et de loisirs ainsi que des projets humanitaires et caritatifs. Les mamans en particulier, se sont solidarisées pour mener à bien ces projets avec les jeunes comme créer du lien entre les habitants et les institutions y compris la police et lutter contre la radicalisation. Elles soutiennent les mamans seules ou en difficultés ou dont les enfants sont partis discrètement au djihad en Syrie. Naila aime son quartier et est heureuse à Trappes, « nous œuvrons comme des petits colibris, on n’a pas peur de parler avec le cœur ». Reconnaissons aussi les nombreux papas qui s’investissent dans cette communauté d’actions sous la même appellation.

D’où notre réflexion commune et partagée sur le thème des mères : Les femmes peuvent être fières de pouvoir gérer beaucoup de choses en même temps mais pour les mères, les tâches ménagères, les enfants, le travail à l’extérieur professionnel ou bénévole s’ajoutent et créent une surcharge mentale. D’où stress, angoisse, tension verbale, fatigue et sentiment de culpabilité, et répercussions sur les enfants. Les femmes veulent être de bonnes mères et disponibles pour leur famille mais Mamans, engageons nos enfants surtout les garçons à participer au travail de la maison et donc changeons les habitudes ancestrales ! Nous assistons bien sûr à l’évolution des mœurs, les jeunes mères ne veulent plus être « coincées » au foyer, dévalorisées, non reconnues par la société et désenchantées pour ne pas dire déprimées, où pourtant elles assurent l’unité familiale. Ces mamans désirent trouver un équilibre, être en harmonie avec elles-mêmes, exercer leurs talents et pouvoir affirmer leurs préférences d’où dialogue nécessaire avec le père. Le conjoint devrait participer aux corvées et s’investir dans l’éducation des enfants. La mère doit alors savoir déléguer avec art, accepter que l’autre fasse les choses différemment, souvent moins bien. Pour les mamans qui aimeraient suivre son exemple, Naila conseille d’oublier l’image conventionnelle qu’elle doit donner, « je fais avec le cœur, je donne aux gens une canne à pêche, pas un poisson.» C’est pourquoi une mère peut être en charge de sept ministères : Éducation, Santé, Économie, Loisirs, Relations familiales, Relations extérieures, même de la Guerre !


Nous pensons aux familles dont les enfants sont détenus dans des prisons kurdes, 300 enfants et 120 mamans, souvent avec de gros problèmes de santé. Ils et elles sont citoyens français et leurs familles souhaitent les accueillir.
Donc courage, il n’y a pas de situation figée. Communication, flexibilité, sollicitude, participation et partage, valorisation, reconnaissance et respect envers les femmes. Quant aux grands-parents, attention, vous commencez une seconde carrière éducative quand les petits-enfants arrivent !!


Naila conclut : « Porter une association avec la même attention qu’on porte un bébé, travailler avec bienveillance pour concilier savoir-être et savoir-faire ».

 

Merci Naila et merci les Mamans.