Mardi, mai 28, 2019

 

      Illumination #2 : Les enfants et l’accès à la Culture

 

Dans de nombreuses sociétés aujourd’hui pose la question de l’accès à la culture. En effet l’accès à la culture est inégalement distribué et certaines personnes n’en bénéficie même pas du tout. Si les adultes et jeunes des quartiers défavorisés sont souvent les personnes que l’on entend le plus revendiquer cet accès, les enfants sont également laissés en marge.

 

Mais qu’est-ce que la Culture ?

 

La Culture est un terme polysémique. Dans son sens général, il désigne la connaissance des œuvres de l'esprit : littérature, musique, peinture, etc.

Elle peut apparaître sous différentes formes. De ce fait, on peut avoir la Culture explicite qui constitue l’ensemble des éléments de tout un peuple (danse, langues, coutumes, habillement, rites, réalisations artistiques…) ; et d’un autre côté la culture implicite ou encore la « mentalité » qui est le produit des représentations, des valeurs et des sentiments d’un milieu. 

 

En quoi la Culture est-elle importante ?

 

La Culture s’exprime dans la manière de raconter nos histoires, de fêter, de nous rappeler le passé, de nous divertir et d’imaginer l’avenir. Notre expression créative nous aide à nous définir et à voir le monde au travers des yeux des autres.

 

Elle a la capacité d’offrir des expériences touchantes du point de vue émotionnel ou intellectuel, qu’elles soient plaisantes ou dérangeantes, qui invitent à la fête ou à la contemplation. C’est également une fondation qui donne le moyen d’exprimer sa créativité, de se forger une identité propre et de renforcer ou de préserver le sentiment d’appartenance à la communauté.

 

Participer à des activités culturelles permet aux enfants et aux jeunes d’élargir leurs capacités de réflexion et d’adaptation et de renforcer leur estime de soi, ce qui au final se ressent dans leurs résultats scolaires.

 

Quelles sont les barrières à l’accès à la culture pour les enfants et les jeunes ?

 

Protégé par l’article 31 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, l’accès à la culture reste encore pour beaucoup d’enfants dans le monde un luxe.

 

Dans son aspect explicite, les enfants rencontrent de nombreuses barrières ne leur permettant pas de prendre connaissance de leur culture.

 

L’environnement dans lequel les enfants grandissent est un facteur important pour l’accès à la culture.

En situation d’extrême pauvreté ou de précarité, les enfants n’ont pas forcément l’opportunité de pouvoir prendre connaissance des aspects de la culture qui les entourent.

 

L’éducation est également un facteur crucial pour l’accès à la culture. Or, dans de nombreuses situations l’accès à l’éducation est déjà un droit bafoué pour certaines catégories (les filles, les enfants pauvres, handicapés, autochtones, minorités…) et selon les situations environnementales (guerre, travail forcé, réfugiés…).

 

En outre, les enfants réfugiés et demandeurs d’asile ont de grandes difficultés à exercer les droits visés à l’article 31. Bien souvent, ils sont à la fois en rupture avec leurs propres traditions et leur propre culture, et exclus de la culture du pays hôte.

 

Culture modernes et traditionnelles

 

Depuis de longues années la culture occidentale a toujours été prédominante dans le monde, que ce soit à cause de l’influence colonialiste ou de nos jours grâce aux moyens de communications et notamment l’essor de la télé, internet et aujourd’hui des réseaux sociaux. Le marché culturel occidental est répandu à travers le monde, pourtant a contrario les cultures traditionnelles sont très peu connues dans le monde occidental.

 

On rencontre dans certains continents, des enfants qui sont privés de leur culture au profil de celle du modèle occidental. Cela peut représenter un risque pour les cultures traditionnelles qui risquent l’effacement face aux grands magnats dans le monde notamment du cinéma. Et même lorsque la culture occidentale atteint d’autres pays, celle-ci ne s’adapte aux particularismes locaux, notamment de langues. Dans le cas précis du Cambodge, il est rare que les films étrangers bénéficient d’un doublage qui permet l’accès de ces films à tous, et sont seulement sous-titrés en khmer. De plus les œuvres littéraires étrangères sont très peu souvent traduites.

 

A l’inverse dans les cultures tribales les enfants ne bénéficient pas d’accès à la culture moderne. Ce qui limite leur ouverture d’esprit des endroits qui leur sont inconnus.