Vendredi, juillet 23, 2021

Des nouvelles de la Lorraine

 

Quelques nouvelles de l’équipe d'I&C lorraine où l’activité a été limitée. Le conseil d’administration a prévu une assemblée générale élargie le samedi 27 octobre pour compenser celles qui n’ont pas pu se tenir pour les années 2018, 2019 et 2020 et se tourner vers l’avenir.

Cependant, une page se tourne cet été 2021 : Charles Danguy a trouvé sage de se rapprocher de sa fille Anne qui habite depuis six ans à Grièges, une commune rurale sur la rive gauche de la Saône, en face de Mâcon. Il écrit :

 

« En octobre 1967, avec mon épouse, Juliette Laure, nous sommes arrivés à Thionville pour préparer avec Michel Koechlin, Maurice Nosley et Bernard Zamaron, haut-fonctionnaire à la Commission européenne, la venue du spectacle musical « Il est permis de se pencher au-dehors » créé à Caux en juillet de cette même année.

Des familles qui avaient participé à une série de rencontres internationales en avril-mai 1954, dans la région Sarre-Lorraine-Luxembourg, ont ouvert leurs foyers pour accueillir les 70 jeunes de la troupe. Petite note d’histoire : Le Président Robert Schuman avait alors assisté à la présentation de la pièce de théâtre « Le patron ». Le journal régional « Le Républicain lorrain » titrait : « La métropole du fer est devenue pour trois jours un véritable carrefour mondial ».

 

A la demande de familles lorraines, Juliette et Charles se sont installés dans cette Lorraine au cœur de trois guerres européennes en moins d’un siècle. Mais aussi témoin du « cheminement » vers une paix durable. Mariés depuis trois mois, ils n’avaient pas encore de foyer mais avaient reçu une voiture qui leur servit souvent de bureau avant de louer un appartement à Yutz, près de Thionville. Ils ont contribué à animer I&C par diverses initiatives et rencontres entre sidérurgistes, mineurs, agriculteurs, parmi d’autres, débordant peu à peu sur des relations plus étroites avec des membres du Parlement

européen à Strasbourg, ceci grâce à l’installation de Catherine et Michel Koechlin en Alsace. « C’est avec émotion, écrit Charles, que je quitte cette région qui nous avait accueillis avec une grande générosité. Mais les liens restent étroits car leur fille a épousé un gars du Pays des Trois Frontières (Sarre-Lor-Lux).»